Esprit marionnettes002Vient de paraître aux éditions Mont de Jeux, L’esprit marionnette, l’exception ardennaise, avec un texte de Patrick Flaschgo, des photos d’Angel Garcia et des dessins de Daniel Casanave.

Cet ouvrage richement illustré revient sur l’histoire du festival et surtout l’esprit qui anime cette rencontre internationale né de la volonté d’une poignée de passionnés, et surtout de l’un d’entre eux, Jacques Félix. Bénévoles, compagnies, grands noms sont passés en revue sous les yeux experts de deux journalistes le rédacteur, Patrick Flaschgo et le photographe, Angel Garcia. De la genèse du festival à la dernière édition de 2015, les deux compères livrent leurs souvenirs et leur analyse sur un événement qu’ils couvrent depuis des décennies.

L’esprit marionnette, l’exception ardennaise, textes de Patrick Flaschgo, photographies d’Angel Garcia et dessins de Daniel Casanave, éditions Mont de Jeux, 127 pages, 25 euros.

Les auteurs seront en dédicace à la librairie Rimbaud le vendredi 15 septembre 2017 à 15 heures.

In rue : La traque, une enquête en huis clos

La TrAQuE – Projet D – durée 1 heure – à partir de 7 ans – marionnettes portées, top-motion, bunraku

LaTraque 99

Photo @ClaireDietrich

Une enquête, cinq comédiens, dix-sept marionnettes : la Traque est un huis clos se jouant dans l’auberge d’un petit village encerclé par des loups. Pour faire face à cette menace Madame le Maire et son comité font appel à une chasseuse professionnelle étrangère… Son arrivée et celle des loups vont bouleverser le quotidien.  Sur scène, les points de vue se succèdent et racontent l’histoire. Des indices apparaissent et permettent au spectateur de mener l’enquête. Comédiens, marionnettes à taille humaine et mannequins se relaient dans une mise en scène et un décor inspirés des codes cinématographiques. Le collectif Projet D a été créé en 2012 par six marionnettistes fraîchement diplômés de l’Esnam, désormais installés dans le Jura.

Exceptionnel : l’île de Java s’invite place Ducale

Wayang Golek

Extrêmement rare en Europe. Wayang Facto, une troupe venue d’Indonésie, jouera sur la place Ducale durant 5 heures un Wayang Golek Purwa : un théâtre total qui bouleverse les repères classiques des spectateurs.  Si le Wayang Golek est centré autour d’un seul marionnettiste, le Dalang, qui manipule des marionnettes à tige et en bois (les wayang golek), il stimule aussi tous les sens. Même le goût.

Chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité

Dalang (3)Voix du Dalang, chants et musique joué sur le Gamelan par une quinzaine de musiciens, odeur des kreteks, fumées en continu sur scène ou encore le fumet des sate de chèvre ou celui des cacahuètes cuites à la vapeur au sein du petit marché, autour de la scène. Souvent joué lors des cérémonies familiales, le Wayang Golek dépasse le simple divertissement.

Des centaines de spectateurs, tous âges et sexes confondus, franchissent parfois plusieurs kilomètres sur les hauts plateaux de Java pour y assister. Ils y cherchent non seulement des enseignements et des informations politiques, économiques, religieuses et sociales, mais également une autre vie, partagée socialement. Les performances ont lieu en plein air et durent entre 7 et 9 heures, approximativement de 20 heures à 3 ou 5 heures du matin.

Autant que le récit, la performance et l’expérience esthétique et sociale totale comptent dans le Wayang Golek. C’est à cet échange, ce moment de vie intense que sont conviés les festivaliers. Le Wayang Golek sundanais fait partie du Wayang Indonésien, proclamé chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité par l’Unesco en 2003.