Archives de catégorie : Rimbaud

Poste restante, à travers l’amour de Rimbaud : notre recherche continue

Où en sommes nous de notre recherche hors hexagone ?
Où en sommes nous de notre recherche hors hexagone ?

Belgique, Hollande, Grande-Bretagne, Canada, Québec… Les centaines de lettres et objets laissés à Rimbaud dans sa boîte aux lettres du cimetière Boutet à Charleville-Mézières ou sur sa tombe nous guident vers des Ailleurs poétiques. Nous rêvons d’autres pays, nous lisons et entendons d’autres langues… Peu à peu, nous traversons mers et océans.

Notre projet de film documentaire Poste Restante à travers l’amour de Rimbaud souhaite faire revivre ces nombreux messages à travers leurs expéditeurs. Nous partons à la recherche de ces auteurs du bout du monde, pour tenter de comprendre leur démarche. Ce film sera présenté lors de la biennale de poésie de Charleville-Mézières les 20 et 21 octobre 2018.

Poste restante : vous avez écrit à Rimbaud, contactez nous ! You have written to Rimbaud, contact us!

poste_restante_rech_02« Ecrire c’est espérer une réponse ». « Si tu es revenu, fais le savoir ». « Ta bohème est encore la nôtre ». « Je vous remercie comme on regarde une étoile ». « Un paradis sans vous ne serait pas un paradis ».

« Qui sont ces anonymes qui écrivent encore à Rimbaud aujourd’hui ? »

Tous ces mots « sortis du plus profond des cœurs » sont ceux d’anonymes qui depuis des années écrivent à Rimbaud des lettres adressées « rue du Bateau ivre, avenue des Illuminations, rue du Dormeur du Val… », parfois depuis le bout du monde.
Grâce à la fantaisie d’un facteur, tous ces courriers sont arrivés au cimetière où demeure Rimbaud à Charleville-Mézières. Ils y ont rejoint d’autres lettres et objets laissés sur la tombe.
Des courriers si nombreux qu’une boîte aux lettres y est accrochée depuis 2006. Ce trésor d’humanité, le projet de film documentaire Poste Restante à travers l’amour de Rimbaud souhaite le faire revivre en partant à la recherche de ces auteurs du bout du monde, pour tenter de comprendre leur démarche.
Vous avez écrit à Rimbaud ou laissez un cadeau, contactez-nous. Notre projet vous intéresse, partagez.
Ce projet sera diffusé à Charleville-Mézières dans le cadre des Ailleurs poétiques en octobre 2018. Nous sommes soutenus par la ville de Charleville-Mézières, le musée Arthur Rimbaud et la fondation de la Poste.
https://www.facebook.com/PosteRestanteAtraversLamourdeRimbaud/
______________________________________________________________

Poste restante: you have written to Rimbaud, contact us!

« To write is to hope for an answer ». « If you came back, let it know. » « Your bohemian is still ours ». « I thank you as we look at a star ». « A paradise without you would not be a paradise. »
All these words « come out of the deepest of hearts » are those of anonymous people who for years have written to Rimbaud letters addressed « rue du Bateau drunk Avenue des Illuminations, rue du Dormeur du Val … », sometimes from the end of the world .
Thanks to the whim of a postman, all these couriers arrived at the cemetery where Rimbaud lives in Charleville-Mézières. They joined other letters and objects left on the grave. So many letters that a mailbox has been hung there since 2006.
This treasure of humanity, the project of documentary Poste Restante through the love of Rimbaud wishes to revive it by going in search of these authors of the last of the world, to try to understand their approach.
You wrote to Rimbaud or leave a gift, contact us. Our project interests you, share.
This project will be broadcast in Charleville-Mézières in the context of Ailleurs Poétiques in October 2018. We are supported by the city of Charleville-Mézières, the Arthur Rimbaud Museum and the foundation of the Post Office.

img_8249Dans le n°178 de novembre et décembre, le matricule des Anges, magazine de littérature contemporaine, fait sa Une avec un écrivain important pour Charleville-Mézières : Stéphane Bouquet.  A 48 ans, l’écrivain  peut énumérer une  impressionnante liste d’activités artistiques : écrivain, scénariste, critique, traducteur, poète, comédien, danseur…

Les Carolomacériens peuvent y ajouter une ligne. Car ceux qui ont visité le nouveau musée Rimbaud, ont certainement déjà lu du Stéphane Bouquet. Ou peut-être un peu plus tard, quand une fois rentré chez eux, ils ont pris connaissance en détail du livret intitulé  » Carnet d’un itinéraire «  délivré avec le ticket d’entrée.

Analyse littéraire de la vie de Rimbaud

La conception et l’écriture de ce récit a été assuré par Stéphane Bouquet. Et plus encore. L’écrivain a participé avec le plasticien Claude Lévêque à la conceptualisation de « la maison littéraire Rimbaud » « à la demande des Architectes Abinal et Ropars dès le moment du concours ». La problématique était double (a minima) : parvenir à répondre à la question  « comment expose-t-on de l’écriture ? » et  de « ne pas exposer le mythe »…

Dans un entretien qu’il nous avait accordé en 2015 dans le cadre d’un article pour le Journal des Arts, alors qu’il était à Charleville-Mézières pour l’enregistrement des voix diffusées dans les douches sonores, il avait expliqué sa démarche : proposer une relecture de Rimbaud, une sorte d’analyse littéraire de l’oeuvre et de la vie de Rimbaud et la traduire par l’architecture et la muséographie.

L’article du Matricule des anges ne fait, aucune mention à Rimbaud, ni à son musée, mais il revient en détail sur le parcours de Stéphane Bouquet, un homme complexe, et laisse entrevoir peut-être certaines correspondances avec Rimbaud. Le dossier développé à son sujet fait suite à sa dernière actualité,  la parution aux éditions Champ Vallon, de Vie commune.  » Un livre incongru » des mots du directeur de publication, Thierry Guichard .