Archives de catégorie : Ardennes

In rue : La traque, une enquête en huis clos

La TrAQuE – Projet D – durée 1 heure – à partir de 7 ans – marionnettes portées, top-motion, bunraku

LaTraque 99

Photo @ClaireDietrich

Une enquête, cinq comédiens, dix-sept marionnettes : la Traque est un huis clos se jouant dans l’auberge d’un petit village encerclé par des loups. Pour faire face à cette menace Madame le Maire et son comité font appel à une chasseuse professionnelle étrangère… Son arrivée et celle des loups vont bouleverser le quotidien.  Sur scène, les points de vue se succèdent et racontent l’histoire. Des indices apparaissent et permettent au spectateur de mener l’enquête. Comédiens, marionnettes à taille humaine et mannequins se relaient dans une mise en scène et un décor inspirés des codes cinématographiques. Le collectif Projet D a été créé en 2012 par six marionnettistes fraîchement diplômés de l’Esnam, désormais installés dans le Jura.

Retour en images : la ministre de la culture Audrey Azoulay dans la capitale des arts de la marionnette

IMG_4341
La ministre a rencontré la directrice du festival mondial des théâtres de marionnettes (FMTM), Anne-Françoise Cabanis (à g.) ainsi que le directeur de l’école et de l’institut de la marionnette, Eloi Recoing (3e rang)

Voilà qui finit d’installer définitivement Charleville-Mézières comme capitale des arts de la marionnette si cela était encore nécessaire. Tant qu’il en était encore temps, avant que les présidentielles n’empêchent les déplacements  du gouvernement sur le terrain, la ministre de la culture, Audrey Azoulay a choisi la ville de Jacques Félix, fondateur de spetites comédiens de chiffon, pour annoncer une série de mesures importantes pour le monde de la marionnette.

Un label national pour les arts de la marionnette

Au premier rang : la création d’un label, comparable à celui de scène nationale, qui permettra d’identifier nettement les pôles marionnettes nationaux, lieux d’excellence et de diffusion. Une reconnaissance attendue depuis longtemps par la profession qui se bat pour qu’enfin la marionnette sorte du champ de ‘enfance et du grand guignol dans lequel l’imaginaire collectif populaire a tendance à le cantonner.

La ministre a par ailleurs rappelé le soutien financier de l’état dans un plan pluriannuel 2016-2017, en hausse de 15 %, soit une enveloppe supplémentaire de 800.000 euros sur deux ans. Ce soutien revient en partie à la nouvelle école nationale des arts supérieures de la marionnette actuellement en construction (+ 149.000 euros) ainsi qu’au festival des théâtres de marionnette carolo (+80.000 euros).

A voir en images ci-dessous

La ministre avait commencé par la librairie associative Plume et Bulle sur les conseils du député Christophe Léonard.  Après une visite studieuse et une dégustation maison (la cuisine Cook and book est ouverte depuis quelques mois), elle s’est rendue sur le chantier de la future école et également fait un tour du centre ville (rues piétonnes, place ducale et musée de l’Ardenne où elle a salué les directrices des deux musées). Trois heures après son arrivée à Charleville-Mézières, elle est repartie comme prévue pour Paris. Imprévu en revanche avant son arrivée à Charleville, son passage au Louvre où un « attentat à caractère terroriste » avait eu lieu à 10 heures le matin.

A lire aussi : Le Tout-Paris dans les Ardennes, l’Avenir, édition du Luxembourg, samedi 4 février 2017.

Télérama, Attac, les enfants du cinéma… C’est Festival

Paterson de Jim Jarmush, Moi, Daniel Blake de Ken Loach, Toni Erdmann de Maren Ade… Le Festival Télérama bat son plein et pour une fois, les cinéphiles ont le choix au Métropolis. Alors si vous pouvez vous échapper de votre quotidien, filez au Métropolis. Vous avez jusqu’au mardi 24 janvier. Si vous avez le pass festival distribué dans le magazine, votre place ne vous coûtera que 3,50 euros.

« Un cookie n’est pas qu’un biscuit »

democracyLe 24 janvier, dans un autre genre, le ciné-débat mensuel Attac propose Democracy de David Bernet, projeté à 20 heures au Metropolis (durée 1 h 40). Deux thèmes sont abordés dans ce documentaire allemand de 2015, expliquent les organisateurs  » le processus démocratique au niveau de la Commission Européenne. Comment se fait une loi ? Le rôle joué par les lobbies, etc. » et  » la protection des données des individus. Et oui, un cookie n’est pas qu’un biscuit ».

Le film sera suivi d’un débat avec Maryse Artiguelongde la Ligue des droits de l’homme France, Fabrice Perissel et Laurent Spagnol de l’Association ILArd, Informatique Libre en Ardennes.

Le festival des enfants du cinéma parle des enfants pas seulement aux enfants
Léa Warny (droite)
Le film d’ouverture Les Oiseaux de passage, conte l’histoire de deux fillettes devenues mamans d’un caneton qui fuguent pour lui rendre la liberté.

Enfin à partir du 30 janvier (il faut attendre encore un peu), jusqu’au 10 février, se déroulera le festival des enfants du cinéma. Le parrain est cette année un Belge, Olivier Ringer, ancien réalisateur de sketches pour Les Guignols de l’info, déjà venu en 2013 avec son film A pas de loup. Cette fois, ce réalisateur  présente les oiseaux de passage.

Une vingtaine de films venus de 19 pays différents seront proposés pour des publics d’âges très variés de 3 ans, à beaucoup plus vieux. Pour rappel, le festival des enfants du cinéma n’est pas pour les enfants mais sur les enfants. Les places sont à 5 euros. Il existe des pass 10 places valables pour deux personnes au prix de 35 euros.

Le Programme du 27e Festival Les enfants du cinéma