Archives mensuelles : novembre 2016

Quel est le point commun entre Henri IV, la soeur de Louis XVI et Verlaine ? Vous séchez ? Leurs fantômes planeront tous les trois dans la salle des ventes de Christie’s le mercredi 30 novembre prochain.

Depuis quelques années, comme à Londres et New York, Christie’s Paris organise son Exceptionnal sale annuelle. A cette occasion, sont réunies les plus belles pièces de collection « exceptionnelles par leur nature ou par leur provenance » explique le service de communication de la maison de vente. Pour cette année 2016, l’ensemble des pièces vendu est évalué à 4 millions d’euros !

Avec son estimation entre 50.000 et 70.000 euros, le revolver de Verlaine y fait figure de petit Poucet ! Douzième lot sur 49, il côtoiera le temps d’une heure des vases de la famille Rotschild, d’autres des Tuileries, la chaise de la soeur de Louis XVI et surtout pièce maîtresse de la vente selon Christie’s, un bronze de Henri IV du 17e siècle. Signée Barthélémy Prieur, cette sculpture représentant Henri IV sur un cheval cabré est estimée entre 500.000 et 700.000 euros.

Cette vente est ouverte à tous dès 18 heures.

IMG_4112En 2016, le festival des marionnettes a proposé des sessions marionnettes : ateliers, rencontres, projections… Une façon de préparer et faire vivre le festival toute l’année. La prochaine a lieu ce mercredi 23 novembre avec une visite guidée à 15 heures des salles des marionnettes au musée de l’Ardenne.

Conférence jeudi

L’évolution des arts de la marionnette à la croisée des genres par Evelune Lecucq. En prolongation de la visite du musée, une conférence sur la marionnette contemporaine, agrémentée de photos et de vidéos. Jeudi 24 novembre à 18 heures, auditorium du musée de l’Ardenne.

Le dernier rendez vous aura lieu le jeudi 8 décembre à 20 heures à l’espace festival pour une projection de  deux documentaires de Manuelle Blanc réalisés en 2013, Neville Tranter et Handspring puppet company. Ils posent les questions suivantes : la marionnette a-t-elle une âme ? Peut-elle être politiquement incorrecte ? Projections commentées.

Ces sessions marionnettes sont  ouvertes à tous et ne nécessitent aucun prérequis.

Informations et inscriptions : 03 24 59 70 62 / mediation.festival@marionnette.com / www.festival-marionnette.com

Revolver de Verlaine : Le propriétaire belge souhaite qu’il soit exposé au public

Le 30 novembre prochain, le revolver avec lequel Verlaine aurait tiré sur Rimbaud un 10 juillet 1873 à Bruxelles sera mis aux enchères chez Christie’s. La ville de Charleville espère rafler la mise et a lancé une souscription pour ce faire avec le soutien de la fondation du patrimoine. La lutte risque d’être âpre car plusieurs personnes ont cherché à joindre Jacques Ruth, l’actuel propriétaire belge du revolver qui n’a pas voulu en dire plus.

Un voyage à Paris pour demander une clause particulière
lot-12-le-revolver-avec-lequel-verlaine-a-failli-tuer-rimbaud-e50-000-70-000-2-2
Le revolver avec lequel Verlaine a failli tuer Rimbaud est un calibre 7 mm, à 6 coups, crosse en bois et détente pliable. Type Lefaucheux. N° de série 14096. Liège vers 1870. Il porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège : « ELG et étoile » dans un ovale (en usage de 1853 à 1877) et « q couronné » (contremarque du contrôleur en usage de 1853 à 1877). Initiales « JS » frappées sur la face avant du barillet, probablement celles d’un sous-traitant non identifié. Estimation : €50.000-70.000. Provenance : Paul Verlaine (acheté le 10 juillet 1873 à l’armurerie Montigny à Bruxelles)-armurerie Montigny et successeurs (Chaudron) à Bruxelles – donné à l’actuel propriétaire en 1981.

Ce dernier a décidé de s’en remettre à l’encan mais il espère voir l’arme rejoindre un musée (un autre que celui de Rimbaud serait sur les rangs). La semaine dernière, Jacques Ruth nous a confié s’être rendu chez Christie’s à Paris afin d’ajouter une clause particulière à l’objet mise en vente. Il souhaitait que le futur propriétaire ait le devoir d’exposer le revolver au public au moins une fois par an.

« Même pour une telle pièce muséale… »

Une demande que Christie’s nous a confirmé avoir entendue. Et un souhait dont la maison de vente pourra faire état au moment des enchères. Mais qui ne peut être formalisée, nous a encore précisé le service communication. « Même pour une telle pièce muséale, il est légalement impossible d’apporter une telle restriction ». Reste à espérer que le futur propriétaire ait l’âme généreuse… ou qu’il s’agisse du musée Rimbaud.