3 millions pour des berges cyclables à Charleville-Mézières

IMG_3443« Ce sera un des gros projets du mandat » a expliqué Boris Ravignon : le projet de réalisation de berges cyclables qui permettront de relier certaines parties de la ville a été présenté jeudi 15 octobre au conseil municipal. Son coût est estimé à 3 millions d’euros, sur une estimation de 250000 euros du km comme cela a été le cas  pour la voie verte. 

Le Mont Olympe, le quartier de Mézières et Manchester

Jeudi, le conseil municipal a voté le lancement d’une étude en profondeur de ce projet. Trois secteurs d’aménagement ont d’ores et déjà été identifiés : le Mont Olympe, le quartier de Mézières et celui de Manchester. Dans cette perspective, la réalisation d’une passerelle piétonne serait envisagée au bout du square Albert 1er à proximité du canal Mazarin…

« Plusieurs obstacles juridiques, techniques et financiers devront être franchis » a précisé Else Joseph adjointe à l’urbanisme et rapporteuse du dossier.

Contente de cette avancée vers un développement d’une circulation douce, l’opposition a voté pour, avec toutefois quelques bémols. Sylvain Dalla Rosa a déploré que ce projet « proposé en 2009 soit amputé de la majeure partie de ses réalisations » (le bus à haut niveau de service qui devait circuler sur une avenue d’Arches réduite à deux voies, entre autres).

« A chaque fois qu’on refait la voirie, on laisse une place au vélo »

Quant à l’élu EELV Christophe Dumont, il craint que des liaisons par les voies sur berge ne cantonne le vélo à sa fonction de loisirs (les balades en bord de Meuse) quand il mériterait d’avoir un réseau de pistes cyclables cohérent en coeur de ville. Il a notamment rappelé que le plan climat adopté par l’agglomération comportait l’engagement « de parvenir à 12 % de bicyclette en circulation d’ici 2020 ».

« A chaque fois qu’on refait la voirie, on laisse une place au vélo » a assuré Else Joseph. D’autres évolutions seraient à prévoir qui seront pensées en concertation avec l’association Ma ville à vélo et les conseils d’habitants. Il semble donc qu’il faille considérer ce dossier comme un premier coup de pédale vers une piste cyclable qui devrait s’étendre ou au moins se mailler d’avantage avec les chaussées urbaines. Ce que ne peuvent que souhaiter les cyclistes.

alternatiba ravignon
A l’arrivée du tour alternatiba en gare de Mohon. Photo : Carl Hocquart.

Avec ce projet, le maire Boris Ravignon qui avait enfourché un vélo pour l’arrivée du tour Alternatiba en juillet a rempli un des engagements que la charte de développement durable imaginée par le collectif citoyen réclamait. S’il n’a pas encore signé le document, il a assuré que cinq autres points de la charte  étaient étudiés actuellement par ses services et qu’ils devraient être mis au programme du mandat. La charte devrait être signée dans les jours à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *