Archives mensuelles : septembre 2015

Commémoration nationale et réédition de luxe pour le poète Luc Bérimont

IMG_3843
François Quinart en plein création d’Un pays vert, recueil de poème de Luc Bérimont.

A l’occasion du centenaire de la naissance de Luc Bérimont, né le 15 septembre 1915 près d’Angoulême dans une famille originaire des Ardennes, François Quinart libraire-typographe éditeur d’ouvrage de bibliophilie, vient de rééditer à la demande de la médiathèque de Sedan une partie des poèmes de cet auteur, sous le titre Un pays vert.

« Un pays vert  regroupe les poésies qui ont trait à la nature. C’est un recueil plutôt écologiste « 

Dès son jeune âge, Luc Bérimont est remarqué  par des écrivains aussi prestigieux que Jean Paulhan ou Jean Giono.   Homme de radio, organisateur de spectacles pour la scène ou la télévision, il a pour ami Brassens, Brel, Nougaro, Ferré… « Deux de ses poèmes ont été mis en chanson par Léo Ferré et le chanteur Grégoire reprend les points sur les I, un poème de Bérimont », précise François Quinart.

« Un pays vert  regroupe les poésies qui ont trait à la nature. C’est un recueil plutôt écologiste  » explique encore l’éditeur qui a obtenu le concours de la veuve du poète, Marie-Hélène Fraïssé, pour choisir les textes. L’homme était « prolifique.  On compte six recueils de poèmes. La réédition de ses oeuvres complètes tient en trois volumes ».

Journaliste et productrice à France Culture, Marie-Hélène Fraïssé a aussi accepté de préfacer l’ouvrage.  Quant aux illustrations,  elles ont été réalisées par Pierre Zanzucchi. Deux éditions sont disponibles : des exemplaires de tête en feuillets non cousus sur papier chiffon (300 g) présentés sous étui, accompagnés d’une oeuvre originale de Pierre Zanzucchi ; ou bien des exemplaires sur papier vélin (180 g), cahiers cousus à la main, couverture à rabats avec une estampe de Pierre Zanzucchi.

Jusqu’au 7 novembre, la médiathèque de Sedan propose une exposition sur le poète dont le centenaire de la naissance est inscrit à la liste des commémorations nationales.

Formation avec les marionnettistes des Guignols à Lyon

Pour la 4e année, François Guizerix  et Stephane Subiela, associés à l’auteur Frédéric Bouquet réunis au sein de FIlmigood ouvrent un centre de formation temporaire à Villeurbanne (en banlieue de Lyon) dédié à la marionnette et ouvert à tous les demandeurs d’emploi sans critères d’âge : marionnettes et images filmées. 

« 4 mois de formation gratuite et rémunérée »

Ces noms ne vous disent rien. Pourtant ces marionnettistes présents lors de la 18e édition du Festival mondial des théâtres de marionnettes sont célèbres. Ou plus justement leurs marionnettes : les Guignols de l’info. La formation qu’ils propose peut être idéale pour une » reconversion » selon Grançois Guizerix.

 » Ce sont  4 mois de formation gratuite et rémunérée grâce à un financement de la région Rhône Alpes. » Du 2 novembre au 26 février, 35 heures par semaine, les cours aborderont  la mousse taillée, la manipulatio et le jeu, l’écriture, la réalisation de film « Cela petu servir à des comapgnies pour filmer leur propre travail » précise Stéphane Subiela.

Dix places sont à prendre. Pour cela un CV et une lettre de motivation sont à envoyer à  filmigood@wanadoo.fr. En amont, des démarches doivent être entreprises avec Pôle emploi. Précision d’ordre pratique : mentionner l’appellation « métier artistique marionnettes » pour que le logiciel trouve le bon chemin.

Dernier grand week-end pour le Festival des marionnettes

A peine commence-t-on à s’y retrouver dans ce dédale de spectacles, que le festival arrive à sa fin. Et peut-être certains d’entre vous n’ont-ils encore pas eu l’occasion d’en profiter. Voici quelques idées pour essayer d’en profiter quand même en 10 étapes.

  1. IMG_4252Première étape, ne soyons pas original, la place Ducale. Là il faut le dire, il y a de quoi faire, à condition de parvenir à s’y faufiler en cas de forte affluence. En plus des cabanes des Irréels (gros succès dans un style contemplatif), des Polichucales (pour qui aime les batailles de Guignols) et des différentes déambulations programmées, c’est là que se déroulera ce qui s’apparente plus ou moins à un spectacle de clôture dans la mesure où la performance est monumentale. Un échafaudage à 3 niveaux accueillera la compagnie Lucamoros et son spectacle Quatre soleil (venue en 2011 avec Page blanche), vendredi à 22 heures et samedi à 22 heures. Durée 1 heure.IMG_4474
  2. Le caveau. Avec des enfants (ou pas) l‘exposition participative Tête à tête réalisée par Natali Fortier avec le centre de création pour l’enfance de Tinqueux est plutôt amusante. Des visites spectacles ont lieu vendredi 25 à 14 heures et samedi 26 à 10, 11 h 30 et 14 heures. (Durée 1 heures, 6 euros).
  3. La vitrine du conseil général. Autre exposition mise en scène par l’institut international de la marionnette : La marionnette, une école d’art dans la ville. On sait que l’Esnam existe mais qu’y fait-on ? Que va-t-elle devenir ? En quelques objets, marionnettes et tableaux explicatifs, le visiteur entre concrètement dans un univers aux contours brumeux pour les non initiés. A noter la projection d’un time-lapse sur le chantier de l’école avenue Jean-Jaurès.
  4. IMG_4465
    Très drôle, l’histoire des trois petits cochons réécrites par le théâtre magnétique.

    Le bateau des fous au 49 rue du Moulin. Le lieu accueille des spectacles avec billetterie en intérieur ou au chapeau dans une courette, à peu près toutes les heures l’après midi. Lieu convivial (avec un petit bar) les soirées s’y terminent en concert (à partir de 21 ou 22 heures).  Attention, c’est tout petit et vite plein. Mieux vaut venir avec un quart d’heure d’avance

  5. Le parvis du théâtre vendredi de 16 à 20 heures ou le point central samedi de 13 heures à 17 heures propose un spectacle participatif : le spectacle Aspartame par le bazar palace. Le programme attise la curiosité et annonce 4 heures de construction participative à partir de 25.000 planchettes de bois et une de spectacle.
  6. La MCL Ma Bohème (rue d’Aubilly), point de rendez-vous du Off, la maison accueille des spectacles sous chapiteau et en salles (tous les billets ne sont pas toujours distribués la veille, il peut rester des places) et propose de quoi se désaltérer à des prix très attractifs. C’est aussi là que se trouve le fab lab.
  7. 4ter, rue Delvincourt. Là encore voilà de quoi attiser la curiosité et donner envie : le Muppet chaud est en accès libre et met en scène dans une maison, une famille de marionnettes, ce vendredi de 22 heures à 6 heures du matin. A noter que la direction du lieu est assurée par Jean-Louis Heckel, ancien directeur artistique de l’institut de la marionnette.
  8. Le Puppet bar. On y mange, on y boit, on peut y voir des spectacles, y écouter des concerts (le soir) et paraît-il même y danser tard le soir. Ouvert jusque 2 heures du matin.
  9. Le Square de la gare. Le théâtre d’Illusia joue sa trilogie l’Allée des nichoirs et le Parcours de l’eau (à partir de 6 ans), tous les jours  à 10 h 30 (45 mn). Suis, suit, suis, parcours interactif (1 heure) tous les jours à 14 heures, 14 h 15 et 14 h 30. Que dit l’arbre à 21 heures à partir de 8 ans (40 mn). Et sur le quai de la gare, Voyage poétique pour ados et adultes, à 17 heures. Accueil à partir de 16 h 45 dans le ahll de la gare. (durée 45 mn).
  10. Le square Bayard. Dimanche, le Off fête la fin du festival de 11 heures à 18 heures. Déambulations, spectacles toutes la journée à partir de 11 heures (dont le Ngalyak et le déluge à 16 h 15), animations diverses.

Une fois encore tout ceci n’est pas exhaustif. De nombreuses courettes se prêtent volontiers au spectacle : cour et jardin du musée de l’Ardenne, îlot Bourbon, place Winston Churchill… N’hésitez pas à partager vos bons plans en commentaire.

Et si on mangeait ?

IMG_4266La place Winston Churchill offre aussi une partie restauration originale avec des buns, des burgers végétariens, du Tchaé… Dans son prolongement, rue Pierre Gillet,  deux initiatives sympathiques : un restaurant indien végétarien et la reconversion du magasin de confection pour homme en restaurant temporaire (avec scène ouverte aux marionnettistes).

La rue de Mantoue propose aussi des food trucks et la place Nevers accueille une cantine dédiée aux recettes ardennaises.